CLEMACO CONTRACTING

Secteur : 
Mécanique, véhicules et naval

Région : flamande

Clemaco Contracting est un fabricant de matériel électronique militaire, tels que des systèmes de communication radio et satellite, des détecteurs de mines, des appareils optiques et des plateforme opérés à distance. L'entreprise assure également des activités de maintenance dans le domaine naval, comme celles des chasseurs de mines belges.

50%

Estimation du pourcentage de l’activité de l’entreprise réalisée dans le secteur de l’armement

Crédit :
Clemaco contracting

Numéro d’entreprise

445.030.357

Adresse

Sint-Sebastiaansstraat 5
8400
Oostende

Téléphone

02 59 50 74 51

Site internet

Code(s) NACE-BEL

Dirigeant(s)

M. Frank Verdonck
M. Jan Verdonck
M. Wim Verdonck
Annéessort ascending Effectif moyen Chiffre d'affaires Valeur ajoutée brute EBIT EBTDA Marge bénéficiaire Résultat net
2019 139 11 345 8 684 1 101 1 140 9,43 % 756
2018 130 8 990 7 754 747 781 8,09 % 520
2017 122 7 977 7 068 602 641 5 % 392
2016 116 7 373 6 908 674 733 6 % 451
2015 114 7 304 6 880 777 835 7 % 517
2014 116 7 220 6 978 590 637 6 % 397
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
Icon donnée socio-économique

Emploi

Il s'agit de l'effectif moyen du personnel en équivalent temps-plein pour l'exercice, tel que mentionné dans le bilan social (rubrique C6 des comptes annuels).
Icon donnée socio-économique

Chiffre d'affaires

Ce sont les revenus provenant des ventes de biens et prestations de services, c’est-à-dire le compte 70 dans les ventes et prestations du compte de résultat (rubrique C3 des comptes annuels).
Icon donnée socio-économique

Valeur ajoutée brute

Cet indicateur, défini plus haut comme la richesse nouvelle effectivement créée dans l'entreprise, s’obtient par la soustraction des postes [740 (Autres produits d’exploitation)] et [60/61 (Approvisionnement et marchandises, Services et biens divers)] au résultat [70/74 (Ventes et prestations)]. Nous rappelons toutefois que lorsque le chiffre d’affaires n’est pas publié – rendant ainsi le calcul de la valeur ajoutée brute impossible – c’est la marge brute d’exploitation – inférieure car incorporant la déduction des charges salariales – qui sera reprise.
Icon donnée socio-économique

Earnings Before Interest and Taxes

Il s'agit du résultat d'exploitation avant impôts (titre III du compte de résultats), également appelé résultat opérationnel, en d'autres termes la différence entre les produits d'exploitation (70/74) et les charges (60/64). Il traduit l'accroissement de richesse dégagé par l'activité industrielle et commerciale de l'entreprise.

Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization

Il s'agit du résultat opérationnel (ou d'exploitation) dont on a déduit tous les éléments financiers (amortissements, réductions de valeur et provisions pour risques et charges). L'EBITDA est donc systématiquement supérieur à l'EBIT et considéré comme un bon indicateur de la rentabilité économique. Un EBITDA négatif, surtout dans une activité très capitalistique, présage un résultat net fortement négatif et traduit une situation non viable sans ressources externes.
Icon donnée socio-économique

Résultat net

C'est le résultat après impôts, mais avant prélèvements et affectations (titre XI du compte de résultat).

Marge bénéficiaire

Il s'agit du rapport entre le résultat net de l’exercice comptable et le chiffre d’affaires issus des ventes de biens et prestations de services. Elle mesure la rentabilité de l'entreprise sur l'exercice quelle que soit la taille de l'entreprise. Les deux postes comptables figurent sous la rubrique C3 du compte des résultats : [70 (Chiffre d’affaires)] et [9904 (Bénéfice ou perte de l’exercice)].

Tête de groupe

MERCURIUS FINANCE S.A. (LU)

Actionnariat

MERCURIUS FINANCE S.A. (LU)

Filiales

Critères de sélection

Être membre du « Belgian Security & Defense Industry » (BSDI), c’est-à-dire le secteur « Sécurité & Défense » de la fédération multisectorielle de l’industrie technologique AGORIA

Avoir été présentes à une ou plusieurs foires commerciales à caractère militaire (Eurosatory ou Milipol à Paris, IDEX à Abu Dhabi, etc.)

Faire explicitement référence à des produits ou services à vocation militaire ou sécuritaire sur le site Internet de l’entreprise

Avoir déjà introduit des demandes de licences d’exportation auprès des autorités compétentes en matière d’exportations d’armes (par exemple, la Direction de la gestion des licences d’armes pour la Région wallonne[4].

Cette base de données est régulièrement mise à jour et le GRIP porte une attention particulière à l’exactitude des informations présentées et à leur actualisation dans les meilleurs délais. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou suggestions dans le but d’améliorer cette base de données.
Contactez-nous.