DONNÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES

Définitions des données socio-économiques

Icon donnée socio-économique

Emploi

Il s'agit de l'effectif moyen du personnel en équivalent temps-plein pour l'exercice, tel que mentionné dans le bilan social (rubrique C6 des comptes annuels).
Icon donnée socio-économique

Chiffre d'affaires

Ce sont les revenus provenant des ventes de biens et prestations de services, c’est-à-dire le compte 70 dans les ventes et prestations du compte de résultat (rubrique C3 des comptes annuels).
Icon donnée socio-économique

Valeur ajoutée brute

Cet indicateur, défini plus haut comme la richesse nouvelle effectivement créée dans l'entreprise, s’obtient par la soustraction des postes [740 (Autres produits d’exploitation)] et [60/61 (Approvisionnement et marchandises, Services et biens divers)] au résultat [70/74 (Ventes et prestations)]. Nous rappelons toutefois que lorsque le chiffre d’affaires n’est pas publié – rendant ainsi le calcul de la valeur ajoutée brute impossible – c’est la marge brute d’exploitation – inférieure car incorporant la déduction des charges salariales – qui sera reprise.
Icon donnée socio-économique

Earnings Before Interest and Taxes

Il s'agit du résultat d'exploitation avant impôts (titre III du compte de résultats), également appelé résultat opérationnel, en d'autres termes la différence entre les produits d'exploitation (70/74) et les charges (60/64). Il traduit l'accroissement de richesse dégagé par l'activité industrielle et commerciale de l'entreprise.

Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization

Il s'agit du résultat opérationnel (ou d'exploitation) dont on a déduit tous les éléments financiers (amortissements, réductions de valeur et provisions pour risques et charges). L'EBITDA est donc systématiquement supérieur à l'EBIT et considéré comme un bon indicateur de la rentabilité économique. Un EBITDA négatif, surtout dans une activité très capitalistique, présage un résultat net fortement négatif et traduit une situation non viable sans ressources externes.
Icon donnée socio-économique

Résultat net

C'est le résultat après impôts, mais avant prélèvements et affectations (titre XI du compte de résultat).

Marge bénéficiaire

Il s'agit du rapport entre le résultat net de l’exercice comptable et le chiffre d’affaires issus des ventes de biens et prestations de services. Elle mesure la rentabilité de l'entreprise sur l'exercice quelle que soit la taille de l'entreprise. Les deux postes comptables figurent sous la rubrique C3 du compte des résultats : [70 (Chiffre d’affaires)] et [9904 (Bénéfice ou perte de l’exercice)].

5 . Les méthodologies appliquées pour le calcul de l’EBIT et par conséquent de l’EBITDA peuvent différer suivant la source d’information. Certains financiers estiment que non seulement les produits financiers doivent être inclus dans le calcul de l’EBIT, mais aussi que l’EBITDA doit incorporer les postes [631/4 (réductions de valeurs)], [635/7 (Provisions pour risques & charges)] et [640/8 (Autres charges d’exploitation)].

Emploi

En 2018, les 71 entreprises du secteur de l’armement répertoriées dans cette base de données occupaient 4.773 travailleurs pour la production de biens et de services à usage militaire. L’emploi total mobilisé par le secteur de l’armement en Belgique est estimé à 12.170.

Emploi initial, direct et indirect, et cumulé généré par le secteur de l’armement en Belgique

  Région
      wallonne     
Région
      flamande     
Région
Bruxelles-capitale
Total Belgique
Emploi initial
(dans les entreprises)
3.604 837 331 4.773
Emploi direct et indirect
(chaine des fournisseurs)
3.497 812 321 4.631
Emploi induit
(consommations des ménages)
2.089 485 192 2.767
Emploi total 9.191 2.134 845 12.170

L’effet multiplicateur d’emploi du secteur de l’armement en Belgique

La production d’armement occupe plusieurs milliers de travailleurs dans la septantaine d’entreprises identifiées dans la base de données du GRIP, mais elle a aussi des effets sur l’emploi de l’économie belge dans son ensemble.

Ces effets sont mesurés par différents types de multiplicateurs d’emploi défini par le Bureau fédéral du Plan (http://www.plan.be) pour chaque secteur d’activité.

Ces multiplicateurs permettent de donner une estimation de l’emploi total qui sera créé dans l’ensemble de l’économie belge lorsqu’une entreprise donnée doit augmenter sa production pour répondre à une demande finale exogène supplémentaire.

Cet effet total sur l’emploi peut se décomposer en un effet initial (l’emploi supplémentaire créé au sein même de l’entreprise qui doit accroître sa production), un effet direct et indirect (l’emploi créé chez les fournisseurs directs de cette entreprise et indirectement dans toute la chaine de fournisseurs en amont), et un effet induit (l’emploi induit par le flux circulaire des revenus des ménages et la consommation).

Pour donner une estimation de l’effet multiplicateur d’emploi de l’ensemble du secteur de l’armement en Belgique, le GRIP utilise les données du Bureau fédéral du Plan selon la méthodologie définie dans la Note d’Analyse du GRIP du 24 août 2018.

Principales entreprises par région
Par valeur ajourée brute pour les activités liées au secteur de l’armement

Région wallonne

Région Bruxelles-Capitale

Cette base de données est régulièrement mise à jour et le GRIP porte une attention particulière à l’exactitude des informations présentées et à leur actualisation dans les meilleurs délais. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou suggestions dans le but d’améliorer cette base de données.
Contactez-nous.